Les promesses de l’industrie angolaise du gaz naturel en pleine croissance avec un marché tout prêt

Par NJ Ayuk, Président exécutif, Chambre africaine de l’énergie (www.Energychamber.org)

De l’exploration à la production et à l’exportation, l’industrie angolaise du pétrole et du gaz naturel est en pleine effervescence. Rien que l’année dernière, les compagnies pétrolières internationales et le gouvernement angolais se sont associés pour attribuer à de nombreux opérateurs régionaux des contrats de service d’une valeur cumulée de plusieurs milliards de dollars.

La Chambre africaine de l’énergie a été particulièrement satisfaite de voir l’Angola faire progresser son industrie du gaz naturel.

En août 2022, des plans solides pour développer les champs de gaz de Quiluma et Maboqueiro dans le bassin inférieur du Congo au large de l’Angola ont vu la multinationale italienne de services pétroliers Saipem obtenir 900 millions de dollars entre trois contrats d’ingénierie, d’approvisionnement et de construction pour des travaux à terre et en mer associés au projet sur trois sites distincts.

L’évolution de ces projets est due en partie à la création du New Gas Consortium (NGC) et à ses relations avec l’Agence nationale angolaise pour le pétrole, le gaz et les biocarburants. L’investissement dans le NGC est multinational, avec le géant italien des hydrocarbures ENI à la barre et les sociétés françaises TotalEnergies et British Petroleum, ainsi que les sociétés angolaises Cabinda Gulf Oil Company et Sonangol en tant qu’actionnaires. La NGC prévoit que la production des champs de Quiluma et de Maboqueiro commencera en 2026 et qu’elle atteindra un taux estimé à 4 milliards de mètres cubes (bcm) de gaz naturel liquéfié (GNL) par an.

La bonne approche

Cette réussite, qui n’est qu’une parmi tant d’autres en Angola, n’aurait pas été possible sans l’environnement accueillant et propice aux investissements que les dirigeants angolais se sont efforcés de cultiver ces dernières années.

Malgré son statut de deuxième producteur de pétrole d’Afrique subsaharienne, avec une production approximative de 1,55 million de barils de pétrole par jour (bpj), l’Angola refuse l’autosatisfaction et s’efforce d’augmenter ces chiffres en démarrant de nouveaux puits tout en réévaluant ses installations plus matures. L’approche de l’Angola et son engagement en faveur d’un progrès continu devraient servir de modèle à tous les autres pays africains.

L’Angola est assis sur 27 trillions de pieds cubes de gaz naturel – une richesse largement inexploitée qui représente une voie vers de vastes opportunités d’emploi, un moyen de s’éloigner de la pauvreté énergétique et un pont vers une éventuelle transition énergétique. L’un des éléments clés pour garantir que ce développement économique évolue en faveur de l’Angola et de l’Afrique est une administration compétente pour aider à le guider.

Le bon dirigeant au bon moment

Depuis son entrée en fonction en 2017, le président João Lourenço a maintenu une orientation positive sur le renforcement et l’amélioration du secteur pétrolier et gazier de l’Angola et s’est concentré sur l’enrichissement de sa population.

Employant un état d’esprit rationnel et à long terme dans l’effort d’expansion des exportations de GNL de l’Angola et de développement de son industrie gazière, le président Lourenço a géré un plan directeur à multiples facettes qui, il l’espère, placera l’Angola dans une position exponentiellement plus prospère sur une période de 30 ans.

De l’exploration à la production et à l’exportation, l’industrie angolaise du pétrole et du gaz naturel est en pleine effervescence

Les actions de M. Lourenço à cet égard ont été proactives et globales et ont permis de soutenir une industrie pétrolière et gazière nationale saine. En s’efforçant d’améliorer l’environnement commercial de l’Angola et en éradiquant la corruption interne, M. Lourenço a rendu le pays beaucoup plus attrayant et favorable aux investissements étrangers. La reconduction de Diamantino Pedro Azevedo au poste de ministre des ressources minérales – un acteur clé de la refonte de la réglementation angolaise et un fervent défenseur de l’industrie énergétique africaine – démontre l’engagement de M. Lourenço à préserver un cabinet qui produit des résultats significatifs.

Les perspectives du président Lourenço vont bien au-delà de l’exportation réussie des ressources en hydrocarbures de l’Angola. Son plan prévoit l’expansion des installations de raffinage et de stockage du pays ainsi que la préparation de la transition vers une économie à faible émission de carbone grâce à la mise en place de centrales photovoltaïques, à la production d’hydrogène vert et à l’engagement d’augmenter la consommation d’énergie de l’Angola à partir de sources propres telles que l’hydroélectricité.

M. Lourenço est convaincu que son pays sera en mesure d’atteindre ces objectifs en partie grâce à l’établissement de relations internationales productives, une pratique qui, selon lui, garantira également de futurs partenariats commerciaux.              

Un marché prêt à l’emploi

La réunion du président Lourenço avec le secrétaire d’État américain Antony Blinken et le secrétaire à la défense Lloyd Austin, qui s’est tenue à la Maison Blanche en 2022, s’est conclue par la déclaration de M. Blinken selon laquelle l’Angola est un partenaire stratégique et par l’annonce d’un investissement américain de 1,8 milliard d’euros dans un système qui fournira de l’énergie photovoltaïque à quatre provinces du sud de l’Angola.

Les difficultés généralisées liées à la guerre en Ukraine ont placé l’Europe dans une situation précaire en ce qui concerne ses approvisionnements en gaz naturel, dont la majeure partie provenait de la Russie jusqu’au début du conflit. Le président Lourenço est convaincu que l’Angola peut offrir à l’Europe une source alternative de GNL grâce aux investissements européens dans le pays et aux relations de coopération entre les deux régions.

L’Angola pourrait occuper une position plus importante sur le marché mondial du GNL, et ce plus tôt que prévu, même sans le soutien immédiat de l’Europe. M. Lourenço prévoit un boom économique à l’horizon qui mettra la production et l’exportation de GNL de l’Angola sur la voie rapide dans les années à venir.

Améliorations à l’échelle du système

Outre les développements des champs de Quiluma et de Maboqueiro, d’autres projets angolais relatifs au gaz naturel sont en bonne voie.

Le projet Angola LNG, une coentreprise dirigée par Chevron et Sonangol au nord de Luanda dans la province de Soyo, traite et monétise 1,1 milliard de pieds cubes de gaz naturel par jour tout en réduisant le brûlage de gaz et les émissions de gaz à effet de serre.

Sonangol a également travaillé dur à Cabinda, modernisant, automatisant et triplant par la suite les capacités de remplissage de gaz de son usine, qui sont passées de 3 000 bouteilles de gaz de 12 kilogrammes par jour à 9 000 bouteilles par jour, ce qui devrait augmenter la disponibilité du gaz dans la région de 28 %.

D’ici l’année prochaine, l’Angola prévoit que la centrale électrique à cycle combiné Soyo II, d’une capacité de 750 MW, sera opérationnelle, ce qui contribuera à un effort national visant à étendre l’accès de la population à l’électricité de près de 20 % grâce à la production d’électricité à partir du gaz.

Le projet de gaz naturel de Falcão promet de diversifier la participation du pays dans l’industrie du gaz naturel en fournissant un moyen de produire des engrais, de réduire la dépendance à l’égard des importations tout en réduisant les coûts agricoles globaux.

Ces développements, associés aux assurances données par le ministre Diamantino Azevedo lors de la Conférence internationale 2022 sur le pétrole et le gaz en Angola, selon lesquelles l’Angola disposera bientôt de plateformes flottantes de gaz naturel liquide au large de ses côtes, brossent un tableau positif de l’avenir énergétique de l’Angola.

« Nous nous réjouissons des progrès réalisés par l’Angola dans le secteur du GNL. Le gaz naturel est une source d’énergie propre et pratique qui a le pouvoir d’éradiquer la pauvreté énergétique et de stimuler les économies locales sur tout le continent, tout en ouvrant la voie à une transition énergétique juste. Nous encourageons toutes les nations d’Afrique à rejoindre l’Angola sur la voie qu’il est en train de tracer. » a déclaré Sergio Pugliese, président de la Chambre africaine de l’énergie-Angola.

A la Une Actualité Financement

Création d’une Banque Africaine de l’Energie (AEB) : un grand pas vers l’indépendance énergétique du continent

La Banque africaine d’import-export (Afreximbank) et l’Organisation des producteurs de pétrole africains (APPO) ont officialisé la création de la Banque africaine de l’énergie (AEB) à travers la signature de l’accord d’établissement et de la charte de la nouvelle institution. Cet événement historique marque une étape cruciale vers l’indépendance énergétique du continent africain et son développement […]

Read More
A la Une Actualité Gaz Pétrole

Afreximbank finalise un accord de décaissement de 925 millions de dollars US pour le Projet Gazelle Funding Limited

Cette annonce fait suite au succès de la première tranche de la facilité d’un montant de 3,3 milliards de dollars US La Banque Africaine d’Import-Export (Afreximbank) a annoncé un décaissement supplémentaire de 925 millions de dollars US au titre de la facilité de prépaiement syndiquée de 3,3 milliards de dollars US garantie par le pétrole […]

Read More
A la Une Actualité Algérie Hydrocarbures

L’accord gazier Sonatrach-ExxonMobil ouvre une nouvelle zone dans le bassin de l’Ahnet-Gourara

Cet accord marque une étape décisive dans le développement des hydrocarbures en Algérie. Il s’agit d’un partenariat stratégique visant à exploiter les réserves de gaz du pays La compagnie pétrolière nationale algérienne Sonatrach et la major de l’énergie ExxonMobil ont signé un accord pour développer deux grands gisements de gaz dans les bassins de l’Ahnet […]

Read More