Le tout nouveau secrétaire général de l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP), Haitham Al Ghais, inspire un optimisme continu en Afrique

Les déclarations d’Al Ghais lors de l’African Energy Week 2022 montrent clairement qu’il comprend parfaitement l’importance de l’Afrique pour l’OPEP et l’avenir de la production pétrolière mondiale

Par NJ Ayuk, Président, Chambre africaine de l’énergie

En octobre dernier, la Chambre africaine de l’énergie a présenté l’African Energy Week 2022 (www.AECweek.com), un événement multi-sites qui s’est ouvert sur le discours d’ouverture du secrétaire général de l’OPEP, Haitham Al Ghais, du Koweït.

Il a démontré qu’il comprenait parfaitement la pauvreté énergétique généralisée de l’Afrique, et qu’il s’en préoccupait, et que le continent avait grand besoin de continuer à exploiter ses ressources pétrolières et gazières tout en soutenant les efforts mondiaux de lutte contre le changement climatique.

« L’énergie, comme l’éducation et les soins de santé, ne doit pas être considérée comme un luxe mais comme un droit humain fondamental », a déclaré M. Al Ghais. « La question primordiale du changement climatique et de la transition énergétique aura des implications massives pour l’Afrique. Les pays du monde entier continuent de s’adapter à l’évolution rapide de la dynamique du secteur. Dans ce contexte, l’Afrique se trouve dans une position très fragile. Les pays africains risquent d’être les grands perdants des conséquences du changement climatique. L’OPEP continuera de plaider en faveur de l’Afrique ».

Dans le but de dégager un consensus sur les ressources pétrolières et gazières de l’Afrique lors de la conférence, M. Al Ghais a également dirigé la session de dialogue OPEP-Afrique à laquelle ont participé des pays africains membres et non membres de l’OPEP. Il continue à parcourir le continent et à plaider en faveur de l’industrie pétrolière et de nos objectifs de développement durable.

Un héritage honorable

Le timing des remarques et des actions d’Al Ghais souligne leur importance, puisqu’il les a prononcées quelques mois seulement après avoir pris la relève de son prédécesseur, Mohammad Sanusi Barkindo.

Pour les parties prenantes de l’énergie en Afrique, le décès prématuré de Barkindo en juillet 2022 – quelques jours seulement avant la fin de son mandat – avait laissé un vide important et inquiétant.

Barkindo, un Nigérian, a passé ses années au sein de l’OPEP à repousser les efforts visant à diaboliser les combustibles fossiles, à défendre les investissements dans l’industrie pétrolière africaine et à lutter sans relâche pour mettre fin à la pauvreté énergétique en Afrique.

Quelques heures avant son décès, M. Barkindo a prononcé le discours principal d’un sommet sur l’énergie à Abuja, au cours duquel le président nigérian Muhammadu Buhari a rendu hommage au secrétaire général, le déclarant « digne ambassadeur » du Nigeria.

L’énergie, comme l’éducation et les soins de santé, ne doit pas être considérée comme un luxe mais comme un droit humain fondamental

Bien que sept des 13 États membres de l’OPEP soient des pays africains, la nomination d’un secrétaire général koweïtien a fait craindre à de nombreux habitants de notre continent que l’absence de Barkindo à la tête de l’OPEP ne signifie que les intérêts du Moyen-Orient vont désormais éclipser les besoins de l’Afrique que Barkindo avait tant contribué à mettre en évidence.

La Chambre africaine de l’énergie considère que ces craintes ne sont pas fondées, et le nouveau secrétaire général de l’OPEP a notre soutien. Une carrière de 30 ans dans l’industrie pétrolière mondiale a donné à Al Ghais l’expérience et la perspective nécessaires pour être un dirigeant impartial de l’OPEP pour tous les États membres. Il l’a démontré. Il a même rapproché l’OPEP de l’Afrique et continue d’encourager les pays africains à contribuer davantage à la satisfaction de nos besoins énergétiques.

M. Al Ghais a été directeur général adjoint chargé du marketing international pour la Kuwait Petroleum Corporation et conseiller de six ministres koweïtiens du pétrole. Il apporte également une expérience antérieure de l’OPEP à son nouveau poste de secrétaire général. De 2017 à 2021, Al Ghais a occupé le poste de gouverneur du Koweït pour l’OPEP et a été membre et président du comité d’audit interne de l’organisation. Al Ghais a également été l’un des principaux membres de la délégation koweïtienne aux réunions de l’OPEP et de la Déclaration de coopération et a contribué à l’élaboration et à la rédaction de la Charte de coopération que les pays OPEP et non OPEP ont approuvée lors de la sixième réunion ministérielle de l’OPEP et non OPEP en juillet 2019.

Un héritage qui perdure

Les déclarations d’Al Ghais lors de l’African Energy Week 2022 montrent clairement qu’il comprend parfaitement l’importance de l’Afrique pour l’OPEP et l’avenir de la production pétrolière mondiale :

« Avec sept membres, l’Afrique représente plus de la moitié de l’ensemble des membres de l’OPEP. Cette présence croissante a conduit à la mise en place du tout premier dialogue énergétique de haut niveau OPEP-Afrique. Grâce à ce dialogue, nous nous réjouissons de renforcer l’attention que nous portons à ce continent et à son avenir énergétique. L’avenir énergétique de l’Afrique est brillant et les opportunités sont vastes. En 2021, les réserves pétrolières prouvées de l’Afrique s’élevaient à plus de 120 milliards de barils. Il existe des possibilités accrues de renforcement du commerce intra-africain. Malgré les nombreux défis qui nous attendent, nous continuerons à voir le secteur énergétique africain prospérer et se développer dans les années à venir. »

Nous avons également été encouragés de voir qu’Al Ghais a fait venir des techniciens pendant la conférence pour partager des compétences avec les Africains. Il a également encouragé un dialogue constructif sur les questions de cuisson propre et sur l’importance et la valeur des investissements en Afrique.

Le soutien public d’Al Ghais aux intérêts africains s’est poursuivi dans les mois qui ont suivi. Lors de ses visites dans chacun des États du continent membres de l’OPEP, il a fait de la pauvreté énergétique de l’Afrique une priorité et a souligné la nécessité d’un plan spécifique à l’Afrique pour passer aux énergies propres.

J’ai eu l’honneur de le rejoindre en Angola en novembre, M. Al Ghais a fait l’éloge de la réussite de l’Angola à attirer de nouvelles explorations pétrolières et gazières grâce à la réforme du gouvernement et s’est engagé à soutenir les efforts du pays à l’avenir.

« L’OPEP continuera à compter sur la contribution de l’Angola, et le secrétariat général de l’organisation sera toujours disponible pour tout soutien qui pourrait être nécessaire », a déclaré Al Ghais. Il s’est exprimé dans un portugais parfait, au grand étonnement du président João Lourenço, de Diamantino Pedro Azevedo, du ministre des Ressources minérales, du pétrole et du gaz, Gabriel Mbaga Obiang Lima, et de nombreuses autres personnes présentes dans l’assistance.

Même au début de son mandat de secrétaire général, Al Ghais a prouvé son engagement à soutenir l’industrie pétrolière africaine et à assurer un avenir prospère aux Africains. Il est évident qu’il a l’intention de poursuivre dans la même direction positive que son défunt prédécesseur, et la Chambre africaine de l’énergie se réjouit de travailler dur à ses côtés dans les années à venir.

Distribué par APO Group pour African Energy Week (AEW).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A la Une Actualité Gaz Pays

Réforme et revitalisation des politiques : La clé de l’expansion de l’infrastructure du gaz naturel en Afrique du Sud

Pour soutenir l’expansion de son infrastructure de gaz naturel et assurer un avenir plus prospère, l’Afrique du Sud devrait adopter plusieurs initiatives politiques Par NJ Ayuk, président exécutif, Chambre africaine de l’énergie (www.EnergyChamber.org). L’Afrique du Sud est à bien des égards l’un des pays les plus modernes d’Afrique, notamment en ce qui concerne l’accès à […]

Read More
A la Une Actualité Financement

Création d’une Banque Africaine de l’Energie (AEB) : un grand pas vers l’indépendance énergétique du continent

La Banque africaine d’import-export (Afreximbank) et l’Organisation des producteurs de pétrole africains (APPO) ont officialisé la création de la Banque africaine de l’énergie (AEB) à travers la signature de l’accord d’établissement et de la charte de la nouvelle institution. Cet événement historique marque une étape cruciale vers l’indépendance énergétique du continent africain et son développement […]

Read More
A la Une Actualité Gaz Pétrole

Afreximbank finalise un accord de décaissement de 925 millions de dollars US pour le Projet Gazelle Funding Limited

Cette annonce fait suite au succès de la première tranche de la facilité d’un montant de 3,3 milliards de dollars US La Banque Africaine d’Import-Export (Afreximbank) a annoncé un décaissement supplémentaire de 925 millions de dollars US au titre de la facilité de prépaiement syndiquée de 3,3 milliards de dollars US garantie par le pétrole […]

Read More