Le secteur du gaz naturel en Afrique prend de l’ampleur en 2024

Par NJ Ayuk, Président exécutif, Chambre africaine de l’énergie (https://EnergyChamber.org).

Le projet de développement du gaz naturel liquéfié (GNL) récemment signé dans la province sud-africaine de Mpumalanga est une étape prometteuse sur le long chemin de la transition énergétique juste de l’Afrique.

Le projet, développé conjointement par la société australienne Kinetic Energy et l’Industrial Corporation of South Africa (IDC), une institution nationale de financement du développement, tirera parti de la récente découverte de 3,1 milliards de pieds cubes de gaz naturel par Kinetic Energy à Amersfoort, dans la province de Mpumalanga. Le projet devrait produire 50 mégawatts (MW) d’énergie équivalente et s’étendre à terme à 500 MW.

Ce projet, que Kinetic Energy décrit comme le plus grand projet de GNL terrestre d’Afrique du Sud, illustre le potentiel du gaz naturel pour développer l’économie du pays et répondre aux besoins énergétiques nationaux.

Tout cela intervient alors que l’Afrique du Sud s’efforce de développer ses activités pétrolières et gazières afin de réduire sa dépendance au charbon et d’ouvrir la voie à une éventuelle décarbonisation.

L’Afrique du Sud n’est pas la seule dans ce cas. Comme l’indique la Chambre africaine de l’énergie (AEC) dans son récent rapport intitulé « The State of African Energy 2024 Outlook Report », la production de gaz naturel est en hausse, tant au niveau mondial qu’en Afrique. Plus prometteur encore, notre rapport note que « les opérateurs en amont sont en train de réviser leurs stratégies et d’aligner leurs investissements futurs sur la transition énergétique, et le gaz naturel est considéré comme un carburant de transition ».

La Chambre africaine de l’énergie soutiendra la conférence Invest in African Energy à Paris cette année, organisée par Energy Capital and Power.  La Semaine africaine de l’énergie sera sans aucun doute le lieu d’accueil des investissements dans le gaz naturel en Afrique.

Le gaz : Un carburant de transition logique

Je trouve encourageant que, malgré les appels des organisations environnementales et des pays riches à cesser d’investir dans les projets pétroliers et gaziers africains, de nombreuses entreprises opérant actuellement en Afrique semblent reconnaître la valeur du gaz naturel en tant que combustible de transition. La solution à la crise climatique a trop longtemps été simplifiée à l’extrême : La décarbonisation n’est pas un objectif qui peut être atteint du jour au lendemain, ni sans construire d’abord l’infrastructure nécessaire pour soutenir le développement des énergies renouvelables.

Cette tâche est relativement simple pour les pays occidentaux, qui ont passé des siècles à construire leurs économies et leurs infrastructures grâce aux combustibles fossiles. Il n’en va pas de même pour les États africains, qui ont longtemps manqué de ces mêmes opportunités de développement et doivent maintenant rattraper leur retard à un rythme accéléré.

Pire encore, on nous demande de jouer ce jeu de rattrapage les mains liées : de laisser nos ressources naturelles dans le sol pendant que les nations développées du monde continuent d’exploiter leurs richesses naturelles non renouvelables. On attend de nous que nous nous lancions directement dans la construction de parcs éoliens, de parcs solaires et de barrages hydroélectriques, alors que des centaines de millions d’Africains vivent toujours sans accès à l’électricité.

D’où viendront les capitaux nécessaires à ce développement miraculeux ?

Qui construira l’infrastructure de base nécessaire pour le soutenir ?

Les pays développés sont prompts à promettre « Nous le ferons », mais ils sont réticents à tenir leurs promesses. Qui plus est, leur « aide » étrangère s’est souvent concentrée sur l’atténuation des symptômes de la pauvreté économique et énergétique de l’Afrique plutôt que sur la résolution de sa source.

Compte tenu de tous ces éléments, il me semble évident que ce sont les Africains eux-mêmes qui doivent fournir la plus grande partie des capitaux et construire les infrastructures : Les Africains eux-mêmes. Et nous ne pouvons le faire sans exploiter nos propres ressources naturelles, le gaz naturel étant la plus vitale d’entre elles. Ses propriétés de combustion plus propre que le pétrole et le charbon, son abondance, sa facilité de stockage et de transport, et ses applications dans la fabrication et la synthèse font du gaz naturel la meilleure option pour les Africains pour établir la sécurité énergétique et réaliser la décarbonisation.

Nos estimations montrent une augmentation de la production de gaz naturel de l’Afrique d’environ 265 milliards de mètres cubes (mmc) en 2023 à plus de 280 mmc d’ici 2025

Les entreprises qui ouvrent la voie

Une fois encore, il est encourageant de constater que l’AEC n’est pas la seule à penser que la production de gaz naturel a du sens pour l’Afrique – et pour les entreprises du secteur de l’énergie. De plus en plus d’entreprises énergétiques décrivent des politiques qui appellent à la poursuite des mesures de transition énergétique pour demain tout en fournissant le gaz naturel pour alimenter le monde d’aujourd’hui.

Prenons l’exemple de la société française TotalEnergies, qui est responsable d’une grande partie de l’activité en amont sur notre continent. Après la découverte de deux énormes gisements de gaz en Afrique du Sud en 2019 et 2020, TotalEnergies poursuit ses efforts d’exploration et de production dans ce pays, malgré les efforts des écologistes pour bloquer la poursuite de l’activité. TotalEnergies mène également le projet Mozambique LNG, considéré comme l’un des plus importants développements en matière d’hydrocarbures en Afrique.

Il y a aussi l’indépendant allemand Wintershall Dea, qui augmente de 4,5 % sa participation dans le projet de gaz naturel Reggane Nord en Algérie. La société acquiert la participation de la société italienne de services publics Edison dans le projet. Wintershall Dea, qui a une forte présence en Afrique du Nord, a également annoncé une première production de gaz avec ses partenaires (Cheiron Energy, INA et Egyptian Gas Holding Company) dans le bloc East Damanhur dans le delta du Nil onshore au début de l’automne.

J’aime beaucoup ce que Dawn Summers, PDG et directrice des opérations de Wintershall Dea, a écrit sur le gaz naturel dans un article d’opinion publié en novembre, juste avant la Conférence des Nations unies sur le changement climatique de 2023 (COP28).

« À première vue, il semblerait que l’industrie du gaz et du pétrole fasse simplement partie du problème climatique, mais elle fera également partie de la solution », a écrit Mme Summers. « Si le gaz était utilisé à la place du charbon, les émissions de CO2 diminueraient immédiatement, de près de la moitié. Aujourd’hui déjà, nous diminuons l’impact environnemental de nos activités dans le monde entier en réduisant considérablement nos émissions de méthane. En outre, grâce à des technologies telles que le stockage du CO2 et la production d’H2, nous aidons d’autres secteurs à se décarboniser, et nous entendons exploiter notre expertise pour faire en sorte que le futur système énergétique soit plus durable. En bref, l’industrie pétrolière et gazière peut, doit et va faire partie de la solution au problème du climat ».

C’est bien dit ! L’industrie gazière africaine fait également partie de la solution. Et, comme le souligne notre rapport, les prévisions concernant la poursuite des projets de gaz naturel sur notre continent sont bonnes.

L’énorme potentiel de l’Afrique en matière de gaz naturel

Notre rapport constate que l’Afrique continue de détenir un immense potentiel de gaz naturel et qu’elle est en mesure non seulement d’augmenter sa production, mais aussi de tirer parti du marché mal desservi du GNL et de répondre à la demande constante de l’Europe. Nos estimations montrent une augmentation de la production de gaz naturel de l’Afrique d’environ 265 milliards de mètres cubes (mmc) en 2023 à plus de 280 mmc d’ici 2025.

L’Afrique du Nord est actuellement à l’origine de la majorité de la production du continent, mais sa production devrait rester stable jusqu’à la fin des années 2020. La production devrait augmenter au cours de la seconde moitié de la décennie, le Mozambique augmentant sa production de GNL. Cette tendance à l’augmentation de la production s’accentuera avec la mise en service de nouvelles installations gazières dans le reste du continent.

Le Nigeria et l’Algérie, quant à eux, devraient se concentrer davantage sur les exportations de GNL, avec des flux supplémentaires en provenance de l’Égypte, de la Guinée équatoriale, du Mozambique et des eaux au large du Sénégal et de la Mauritanie.

Le secteur du gaz naturel en Afrique est prêt à préparer l’ensemble du continent à une éventuelle décarbonisation, tout comme bon nombre des entreprises qui y opèrent.

L’objectif d’un continent alimenté par des énergies renouvelables ne pourra toutefois être atteint que si les pays développés le reconnaissent également et permettent aux États africains d’effectuer la transition selon leur propre calendrier, et non selon un calendrier imposé par d’autres.

Téléchargez le rapport sur les perspectives 2024 de l’AEC ici (https://apo-opa.co/3QLEoHd).

A la Une Actualité Evénement Namibie

Chambre africaine de l’énergie (AEC) lance une mission commerciale en Namibie en collaboration avec Namibia International Energy Conference (NIEC) 2024

La Chambre africaine de l’énergie (AEC) (www.EnergyChamber.org), qui représente la voix du secteur énergétique africain, a lancé une mission commerciale en Namibie du 23 au 25 avril afin de promouvoir les opportunités commerciales au sein de l’industrie énergétique du pays. En collaboration avec la Namibia International Energy Conference (NIEC), la mission commerciale facilitera l’engagement entre […]

Read More
A la Une Actualité Gaz Hydrocarbures Pétrole

Hydrocarbures : les découvertes pétrogazières ne tiennent pas encore leurs promesses en Afrique

(Agence Ecofin) – Quand un gisement pétrogazier est découvert sur le continent, beaucoup d’espoir y est placé par les États. Des espoirs finalement déçus au vu des retombées souvent faibles de ces projets pour les populations. Les découvertes pétrogazières, en plein essor sur le continent africain, n’arrivent pas à catalyser une croissance économique significative, selon […]

Read More
A la Une Actualité Electricité R D Congo

La RDC mobilise 123,5 millions $ pour régler ses arriérés envers les entreprises pétrolières

Pour accélérer les réformes entreprises ces dernières années dans le secteur pétrolier, le gouvernement de la République démocratique du Congo a réussi à mobiliser auprès de quatre banques locales telles que EquityBCDC, FirstBank DRC, Ecobank RDC et Standard Bank, un financement de 123,5 millions de dollars, destiné à refinancer une partie significative des arriérés de […]

Read More