Le gaz naturel est la clé d’une transition énergétique juste en Afrique

Le gaz naturel a un rôle essentiel à jouer dans le bouquet énergétique dont le continent a besoin pour répondre à ses besoins énergétiques actuels et croissants

Par NJ Ayuk, président exécutif de la Chambre africaine de l’énergie 

Ce serait un euphémisme de dire que le champ gazier tanzanien de Songo Songo a été bénéfique pour le pays et ses citoyens. Depuis 2004, la production du projet a été mise au service de l’économie tanzanienne, de son approvisionnement en énergie domestique, des coûts de l’énergie, de l’emploi et de l’environnement.

Avec des puits et une usine de traitement sur l’île de Songo Songo, l’effort public/privé donne la priorité aux besoins nationaux, en utilisant la production pour alimenter la centrale électrique au gaz d’Ubungo, ainsi qu’une grande entreprise de cimenterie et un programme d’électrification de village. Le gaz excédentaire est vendu à des clients industriels dans toute une série de secteurs.

La production de Songo Songo génère aujourd’hui environ 45 % de l’électricité tanzanienne, ce qui réduit la nécessité d’importer des combustibles à des prix plus élevés. Un autre avantage important ? Lorsque l’approvisionnement du pays en énergie hydroélectrique diminue en raison de la sécheresse, la production de gaz à partir d’électricité peut être utilisée pour combler le manque.

Le projet a permis de créer 190 emplois directs et d’en créer 113 809 autres.

Il permet également de réduire considérablement les émissions de carbone (rien qu’à la Tanzania Portland Cement Company, les émissions de CO2 ont été réduites d’environ 80 000 tonnes par an) et fournit une source d’énergie plus propre aux centrales électriques de Dar es Salaam en remplaçant le diesel et le fioul lourd (HFO).

Ce projet n’est qu’un exemple de ce que le gaz naturel peut faire pour stimuler les économies africaines, la main-d’œuvre, l’approvisionnement en énergie et la santé de l’environnement et des habitants.

En raison de son grand potentiel pour reproduire des réussites comme celle-ci à travers le continent, je reste convaincu que le gaz naturel est la clé d’un avenir prospère et d’une transition énergétique juste pour l’Afrique.

Alors que les dirigeants du monde entier se réunissent pour la COP28 et que les discussions portent sur les objectifs zéro émission et les énergies renouvelables, j’aimerais souligner respectueusement que le gaz naturel est une énergie propre. Dans notre empressement à atteindre nos objectifs en matière de climat, nous ne devons pas négliger les immenses bienfaits que le gaz peut apporter.

Le gaz naturel et les produits gaziers sont propres et contribuent à la réalisation des objectifs en matière d’émissions

Nous avons déjà constaté l’impact positif du gaz naturel dans d’autres régions du monde. En Amérique, par exemple, le gaz naturel est utilisé plus que tout autre combustible pour la production d’électricité résidentielle et industrielle, comme matière première pour la production de produits pétrochimiques et d’engrais, et comme combustible de choix pour la production d’électricité. Les États-Unis utilisent environ un tiers du gaz naturel produit dans le monde, et la demande ne cesse de croître.

Il y a de bonnes raisons à cela, à commencer par le fait que le gaz naturel est le combustible fossile le plus propre. Il émet 50 à 60 % de dioxyde de carbone en moins que le charbon lorsqu’il est brûlé et jusqu’à 30 % de CO2 en moins que le pétrole brut.

Si le gaz naturel est une bonne option pour les pays riches comme l’Amérique, pourquoi les pays en développement ne pourraient-ils pas bénéficier des mêmes avantages ?

Le gaz peut fournir une énergie propre et facilement disponible aux pays d’Afrique subsaharienne pendant que leur infrastructure et leur technologie en matière d’énergies renouvelables « rattrapent » celles des pays riches et hautement industrialisés. Et lorsque les sources d’énergie renouvelables telles que le solaire et l’éolien sont intermittentes (par temps nuageux ou lorsque l’air est calme), le gaz peut combler le vide.

Pour atteindre les objectifs de la transition énergétique, il faudra un afflux important de capitaux d’investissement dans les économies africaines

Le gaz naturel est nécessaire au niveau national pour lutter contre la pauvreté énergétique

Les pays riches ne devraient pas essayer de fixer des délais pour la transition de l’Afrique vers les énergies renouvelables, mais c’est pourtant ce qui se passe. Des organisations telles que la Banque mondiale et la Banque européenne d’investissement font pression sur l’Afrique pour qu’elle abandonne rapidement les combustibles fossiles. Même des lobbyistes africains du Kenya appellent à une élimination progressive sur 30 ans.

Les gouvernements africains et les acteurs du secteur de l’énergie doivent réagir.

Les investisseurs qui connaissent l’Afrique comprennent les difficultés qui accompagnent la privation d’électricité dont souffrent plus des deux tiers, soit plus de 620 millions, d’Africains subsahariens. Ces investisseurs devraient maintenir le cap plutôt que de prendre leurs distances avec les combustibles fossiles africains.

Comme je l’ai indiqué dans mon livre de 2019, « Billions at Play : The Future of African Energy and Doing Deals », le manque d’électricité est bien plus qu’un inconvénient. Elle prive les populations de soins de santé modernes et les expose à des toxines provenant de combustibles primitifs dans leurs maisons. Elle empêche le progrès dans tous les secteurs économiques, qu’il s’agisse du commerce, de l’industrie ou de l’éducation.

La situation est désastreuse et devrait s’aggraver en raison de la croissance démographique prévue. Les habitants ont besoin d’électricité maintenant, et les combustibles fossiles peuvent la leur fournir beaucoup plus rapidement, tandis que l’énergie verte continue d’évoluer et de devenir plus répandue.

Le gaz naturel a un rôle essentiel à jouer dans le bouquet énergétique dont le continent a besoin pour répondre à ses besoins énergétiques actuels et croissants. Faisons de l’élimination de la pauvreté énergétique une priorité plus importante que l’adhésion à un calendrier de transition arbitraire et unique.

La monétisation du gaz naturel peut financer les transitions énergétiques

Une transition énergétique juste pour l’Afrique nécessite l’utilisation de nos ressources pétrolières et gazières dans le cadre du processus. La transition vers les énergies renouvelables a commencé, et d’autres sont à venir. Entre-temps, cependant, l’Afrique a besoin de la production de gaz pour l’électricité et de la monétisation de ses ressources pétrolières et gazières.  Les capitaux provenant de ces ressources peuvent progressivement financer l’infrastructure et le développement nécessaires à la transition vers les énergies renouvelables.

Pour atteindre les objectifs de la transition énergétique, il faudra un afflux important de capitaux d’investissement dans les économies africaines. À titre d’exemple, pour que le Nigeria atteigne les objectifs de son plan de transition énergétique (ETP), il lui faudra environ 410 milliards d’USD d’ici 2060.

Dans l’ensemble, l’Afrique ne manque pas de réserves de gaz naturel. Selon les statistiques récentes d’une plateforme d’investissement, elles s’élèvent à 800 000 milliards de pieds cubes, répartis entre près de la moitié des pays africains.

Ce qu’il faut d’urgence, ce sont des stratégies pour attirer les investissements, permettant d’extraire ce gaz de ses réservoirs souterrains et sous-marins, de le transporter et de le stocker. Le contenu local jouera toujours un rôle important dans ce processus.

Il faut également faire preuve de créativité pour trouver des solutions à l’insuffisance des infrastructures de production, de transport et de stockage, par exemple en construisant des usines de GNL modulaires et de taille réduite et en utilisant du gaz naturel comprimé (GNC) qui réduit le méthane à moins de 1 % de son volume normal pour le transport et le stockage.

Pour conclure, je répéterai un point essentiel : Le gaz naturel est de plus en plus demandé dans le monde. Il s’agit d’une opportunité que l’Afrique doit saisir dès maintenant. Nous devons monétiser nos ressources en gaz naturel pour le bien de nos économies, la santé de nos résidents et pour développer des initiatives en matière d’énergie verte à un rythme qui soit bon pour l’Afrique. C’est le message que je partagerai lors de la COP28 et à l’avenir.

A la Une Actualité Evénement Namibie

Chambre africaine de l’énergie (AEC) lance une mission commerciale en Namibie en collaboration avec Namibia International Energy Conference (NIEC) 2024

La Chambre africaine de l’énergie (AEC) (www.EnergyChamber.org), qui représente la voix du secteur énergétique africain, a lancé une mission commerciale en Namibie du 23 au 25 avril afin de promouvoir les opportunités commerciales au sein de l’industrie énergétique du pays. En collaboration avec la Namibia International Energy Conference (NIEC), la mission commerciale facilitera l’engagement entre […]

Read More
A la Une Actualité Gaz Hydrocarbures Pétrole

Hydrocarbures : les découvertes pétrogazières ne tiennent pas encore leurs promesses en Afrique

(Agence Ecofin) – Quand un gisement pétrogazier est découvert sur le continent, beaucoup d’espoir y est placé par les États. Des espoirs finalement déçus au vu des retombées souvent faibles de ces projets pour les populations. Les découvertes pétrogazières, en plein essor sur le continent africain, n’arrivent pas à catalyser une croissance économique significative, selon […]

Read More
A la Une Actualité Electricité R D Congo

La RDC mobilise 123,5 millions $ pour régler ses arriérés envers les entreprises pétrolières

Pour accélérer les réformes entreprises ces dernières années dans le secteur pétrolier, le gouvernement de la République démocratique du Congo a réussi à mobiliser auprès de quatre banques locales telles que EquityBCDC, FirstBank DRC, Ecobank RDC et Standard Bank, un financement de 123,5 millions de dollars, destiné à refinancer une partie significative des arriérés de […]

Read More