Comprendre la crise énergétique en Afrique du Sud

Par NJ Ayuk, le président exécutif de la Chambre africaine de l’énergie et l’auteur de « Une transition juste : Résorber la pauvreté énergétique grâce au mix énergétique »

Il est extrêmement décourageant de constater les effets considérables des coupures d’électricité incessantes en Afrique du Sud.

Les coupures de courant fréquentes et prolongées font que les entreprises du pays le plus industrialisé d’Afrique ont du mal à fonctionner. L’industrie manufacturière souffre. L’économie nationale est touchée. L’obscurité prolongée enhardit les voleurs et fait grimper le taux de criminalité. L’entreprise publique Eskom dépense de plus en plus d’argent pour tenter, en vain, de résoudre le problème, et ses coûts d’exploitation augmentent. Ces coûts sont répercutés sur les consommateurs et les entreprises sous la forme de hausses des prix de l’électricité, ce qui leur impose des charges supplémentaires.

Je ne pense pas que le président Cyril Ramaphosa ait réagi de manière excessive le mois dernier lorsque, en réponse aux pannes – qui laissaient alors les gens dans le noir six à dix heures par jour -, il a déclaré l’état de catastrophe nationale. Cette déclaration a permis de débloquer des fonds d’urgence et de donner au gouvernement des pouvoirs supplémentaires, notamment en rationalisant les procédures de passation de marchés. Je partage les graves inquiétudes qu’il a exprimées lors de son discours sur l’état de la nation en février.

« Nous sommes en proie à une profonde crise énergétique », a déclaré M. Ramaphosa. « Cette crise a progressivement évolué pour toucher tous les secteurs de la société. Nous devons agir pour réduire l’impact de la crise sur les agriculteurs, les petites entreprises, nos infrastructures hydrauliques et notre réseau de transport. »

Cette crise, étudiée en profondeur dans notre rapport, The State of South African Energy, qui sera bientôt publié, n’est pas un problème nouveau. Mais la fréquence et la durée alarmantes des périodes sans électricité en Afrique du Sud ont créé une situation intenable qui, comme l’a dit le président, met en péril le bien-être du pays.

Une situation sombre

À l’origine de la crise énergétique en Afrique du Sud se trouvent les centrales électriques au charbon, qui produisent environ 95 % de l’électricité du pays. Ces installations sont anciennes, surutilisées et constamment en panne.

Pour s’assurer que les centrales en difficulté du pays ne sont pas submergées au point de déclencher un arrêt total du réseau, Eskom a pris l’habitude de procéder plusieurs fois par jour à des coupures de courant délibérées, également connues sous le nom de « rolling blackouts » ou de « load shedding » (délestage de charge).

Les coupures de courant en Afrique du Sud ont atteint des records au cours des trois dernières années. En 2020, elles ont atteint un nouveau record de 859 heures. Ce chiffre est passé à 1 169 heures en 2021. Mais le record de 2022 a dépassé de loin tout ce qui avait été observé jusqu’alors : 205 jours de coupures continues.

En octobre dernier, le Pan South African Language Board (PanSALB) a fait du « load shedding » le mot sud-africain de l’année 2022.

À l’origine de la crise énergétique en Afrique du Sud se trouvent les centrales électriques au charbon, qui produisent environ 95 % de l’électricité du pays

« Il ne devrait pas surprendre de nombreux Sud-Africains que le load shedding ait été le mot/terme le plus utilisé en Afrique du Sud, car les redoutables coupures d’électricité tournantes instituées par Eskom ont largement défini notre expérience vécue en 2022 », avait alors déclaré Lance Schultz, directeur général du PanSALB.

Des solutions qui échouent

La saga coûteuse et infructueuse des tentatives de résolution de ce problème est également frustrante. Il y a une quinzaine d’années, l’Afrique du Sud a entamé la construction de deux centrales au charbon, Medupi et Kusile, afin d’augmenter la capacité de production d’électricité du pays.

Cela n’a pas fonctionné comme prévu. Aujourd’hui, les centrales ne fonctionnent qu’à la moitié de leur capacité totale de 9 600 mégawatts (MW) en raison de pannes, de défauts techniques, de retards dans l’achèvement des travaux et d’accidents. Et malgré l’inopérabilité des centrales, les coûts du projet ont été énormes, atteignant un total combiné de 300 milliards de rands d’ici 2019.

Même avec les fortes augmentations de tarifs imposées aux clients, l’entreprise a du mal à faire face à ses coûts.

En septembre dernier, M. Ramaphosa a annoncé que l’achèvement des deux centrales électriques coûterait 33 milliards de rands supplémentaires.

Des répercussions désastreuses

Il y a ensuite le coût des luttes de pouvoir qui se poursuivent en Afrique du Sud. J’ai mentionné certaines des répercussions négatives sur les entreprises, la criminalité et les tarifs de l’électricité. Mais ce n’est qu’une partie de l’histoire : Chaque panne a un effet d’entraînement dévastateur qui met les gens en danger.

En Afrique du Sud, les pannes font pourrir les aliments et augmentent le risque d’insécurité alimentaire généralisée. Chaque jour, les délestages empêchent les agriculteurs d’arroser leurs cultures (les stations de pompage qui dépendent de l’électricité ne fonctionnent pas) et de nourrir leur bétail (une ferme, par exemple, a perdu 50 000 poulets de chair à la suite d’une panne du système de ventilation).

Les pannes ont un impact sur les hôpitaux et les soins de santé pour les personnes handicapées et âgées. Les personnes qui dépendent de l’électricité pour leur équipement médical, comme les machines à oxygène, se retrouvent dans des situations qui mettent leur vie en danger.

Notre rapport fournit un autre détail troublant : l’effet cumulatif des pannes sur ce que l’Afrique du Sud aurait pu réaliser. Depuis 2007, le load shedding a coûté à l’Afrique du Sud la somme astronomique de 1,5 milliard de rands, soit 2,4 milliards de rands par jour. Résultat : Chaque année depuis 2007, 1 à 1,3 % du PIB du pays a été amputé. Cela signifie que sans le load shedding, l’économie sud-africaine aurait pu être environ 17 % plus importante qu’elle ne l’est aujourd’hui.

Je sais qu’il n’y a pas grand-chose à faire sur ce qui aurait pu être, mais j’espère que le fait d’affronter ces douloureuses vérités galvanisera les dirigeants sud-africains pour qu’ils placent le pays sur une nouvelle voie, une voie où le pays commencera à réaliser son plein potentiel.

Le rapport sur l’état de l’énergie en Afrique du Sud sera publié dans le courant du mois. Pour en savoir plus, consultez le site https://EnergyChamber.org.

crédit photo : New24.com

A la Une Actualité Algérie Hydrocarbures

L’accord gazier Sonatrach-ExxonMobil ouvre une nouvelle zone dans le bassin de l’Ahnet-Gourara

Cet accord marque une étape décisive dans le développement des hydrocarbures en Algérie. Il s’agit d’un partenariat stratégique visant à exploiter les réserves de gaz du pays La compagnie pétrolière nationale algérienne Sonatrach et la major de l’énergie ExxonMobil ont signé un accord pour développer deux grands gisements de gaz dans les bassins de l’Ahnet […]

Read More
A la Une Actualité Hydrocarbures

TotalEnergies renforce ses activités d’exploration et de production au Congo grâce à un investissement de 600 millions de dollars

Grâce à de récents investissements, à des mises à jour des activités d’exploration et de production et à la ferme volonté du gouvernement, la République du Congo prend des mesures historiques pour s’assurer que son industrie pétrolière et gazière favorise la monétisation des ressources et l’accès à l’énergie dans l’ensemble de l’Afrique La supermajor pétrolière […]

Read More
A la Une Actualité Pétrole

TotalEnergies donne son feu vert à un important projet offshore pour augmenter la production de pétrole en Angola

Un jalon important a été franchi en Angola avec l’annonce par TotalEnergies et ses partenaires du bloc 20/11 d’une décision finale d’investissement (DFI) pour les champs de Cameia et Golfinho. Cette décision marque le début du développement du projet en eaux profondes Kaminho, d’une valeur de 6 milliards de dollars, le premier développement à grande […]

Read More